Nouvelles de l'industrie

Judith Kolenburg nous emmène dans les coulisses de « Salute to Excellence ». Hans Kraak de son côté fait état d'une nouvelle tendance dans les supermarchés.
Regardez la vidéo ici.

 

 


Quelles sont les tendances en design de packaging d'aujourd'hui ? Pour le savoir, PLMALive s'entretient avec Melvin Fahl, directeur de la stratégie chez WIN Creating Images & WIN NEO.
Regardez la vidéo ici.

 

 

PLMA E-Scanner – mai 2022

mai, 2022
Lidl se procure ses propres porte-conteneurs

Les perturbations continues des chaînes d’approvisionnement ont conduit Lidl à se procurer ses propres porte-conteneurs pour le transport de ses marchandises. L’enseigne en a acheté un et en loue trois autres. Ces acquisitions visent à réduire les délais et minimiser les coûts de transport. Un responsable des expéditions expérimenté a été nommé à la tête de ce nouveau département.

Du fait du Covid, du blocage du canal de Suez et de la guerre en Ukraine, il est devenu particulièrement difficile pour les distributeurs de transporter les produits efficacement de la source jusqu’en rayon tout en assurant leur disponibilité et leur continuité sans retards de livraison. À cela viennent s’ajouter les pénuries de personnel qui font pression à la hausse sur les coûts de main-d’œuvre.

Cette autonomie logistique permettra à Lidl de sécuriser la chaîne d’approvisionnement et de gérer les volumes plus importants de ses différentes unités de production sur le long terme. Ce n'est pas la première fois que l’enseigne investit ailleurs que dans son activité principale de distributeur. Schwarz, la société mère de Lidl, est propriétaire du spécialiste en gestion des déchets Prezero, ce qui lui permet de contrôler l’ensemble du cycle de recyclage des emballages. Schwarz a aussi pris une participation majeure dans le fournisseur de solutions de cybersécurité XM Cyber, qui protège les systèmes informatiques du distributeur.

La tendance est-elle à la recharge ?

Soucieux de réduire le gaspillage et le conditionnement, plusieurs distributeurs européens testent des concepts sans emballage. Des distributeurs d’aliments en vrac sont installés sur un mur ou dans un espace dédié, où les consommateurs se servent à l’aide d’un sac ou d’un bocal réutilisable.

Albert Heijn a récemment lancé un mur spécial de six mètres de long où des distributeurs offrent 70 produits comprenant des céréales, du riz, des pâtes, des pâtes à tartiner, du thé et des noix. Quatre-vingt pour cent de la gamme est bio. Des panneaux indiquant ces options sans emballage sont installés au niveau de la gamme classique.

Au Royaume-Uni, plusieurs supermarchés comprenant M&S, Morrisons et Waitrose ont formé une « coalition de la recharge » avec pour objectif de réduire les emballages jetables. L’alliance propose une solution de recharge pour des produits tels que les pâtes, les céréales et les produits de soin personnel. Cette solution est unique car elle permet de commander des produits en vrac en ligne, les consommateurs remplissant leurs propres récipients au moment de la livraison à domicile.

Aldi propose également des produits ménagers de base sans emballage. Les clients pèsent la quantité de produit désirée au poste de pesage, puis remplissent le récipient qu’ils ont apporté avec eux.

En vertu de la nouvelle loi Climat et Résilience du gouvernement français, les magasins d’une superficie supérieure à 400 mètres carrés devront comporter des systèmes de recharge sur 20 % de leur surface au sol d’ici 2030.

Jusqu’à présent, les efforts de réduction du gaspillage consistaient à produire des emballages recyclés. La tendance est désormais à la recharge, mais il reste des problèmes logistiques à résoudre. Les rayons de produits en vrac occupent beaucoup d’espace. De plus, les distributeurs sont coûteux à installer et doivent être régulièrement nettoyés et remplis. Il n'est pas certain que ce modèle puisse être intégré sans heurts à l’expérience d’achat et proposé à grande échelle.

Les produits de santé et de beauté délaissent le liquide

Les produits solides gagnent du terrain sur le marché de la santé et de la beauté. Le savon, le shampoing et l’après-shampoing, les nettoyants visage et les démaquillants sont notamment concernés. L’attachement croissant des consommateurs à la durabilité et au naturel pousse de plus en plus de distributeurs à choisir des alternatives solides aux produits liquides.

Les produits solides offrent plusieurs avantages. Ils ne contiennent pas d’eau, ne produisent aucun déchet et ne nécessitent pas de flacons en plastique, l’idéal pour un rituel beauté plus responsable. De plus, ils répondent à la demande en produits plus naturels et authentiques et sont souvent vegans. Les produits sont également pratiques, leur forme bien définie les rendant faciles à transporter en déplacement ou en voyage.

Carrefour a récemment lancé sa propre gamme de produits solides en Belgique sous la marque Carrefour Soft Green. La gamme comprend des shampoings, des savons et des déodorants. Une barre de shampoing permet d’effectuer entre cinquante et cent lavages, soit l’équivalent de deux flacons de shampoing liquide. L’emballage des déodorants est 100 % recyclable.

En France, Monoprix, qui souhaite offrir davantage de produits de beauté naturels et responsables, a développé une gamme MDD de produits de soin personnel solides bios. Cette gamme, proposée sous la marque propre BIO, contient du dentifrice, des savons, des déodorants et des shampoings. Tous les produits sont certifiés Ecocert et comportent le label Cosmébio garantissant au moins 98 % de produits d’origine naturelle. De plus, le conditionnement en papier, carton ou métal est écologique et fabriqué en France.

Malgré une part de marché encore faible, l’offre en produits solides et de beauté « verts » se développe avec une visibilité croissante et des perspectives de vente encourageantes.

Casino convertit 25 % de ses hypermarchés

Casino transforme actuellement son réseau d’hypermarchés, qui n’est plus rentable. 125 magasins Géant Casino étaient présents en France il y a dix ans. Il n’en reste désormais que quatre-vingt, dont vingt sont déjà programmés pour être convertis en supermarchés Casino.

Le distributeur travaille depuis des années à requalifier ses hypermarchés par le biais de cessions, de réductions de surface ou de transferts. La chaîne a dû faire face à une baisse de fréquentation de ses hypermarchés et souhaite se focaliser sur les formats de proximité et e-commerce.

Guerre des prix au Royaume-Uni

Face à la crise du pouvoir d’achat, les gros distributeurs du Royaume-Uni ont récemment annoncé de grosses réductions des prix ainsi que des investissements dans leurs gammes MDD. Asda va consacrer 73 millions de livres à la baisse et au blocage des prix de plus de cent produits. L’enseigne a aussi investi 45 millions de livres dans une nouvelle gamme premier prix sous marque propre baptisée Just Essentials by Asda. Morrisons a lancé l’une de ses plus grosses campagnes de baisse des prix, qui portera sur plus de cinq-cents références.

Ces réductions comprennent une partie de ses produits d’entrée de gamme sous les marques propres Morrisons Savers, Morrisons Wonky and Morrisons Essentials. Le distributeur a aussi conçu un nouveau système de comparaison des prix pour convaincre les consommateurs de préférer les MDD aux grandes marques.

L’enseigne de santé et de beauté Superdrug bloque les prix de plus de cent produits essentiels de soin personnel, de beauté et de santé pour une durée d’au moins un an. Le distributeur alimentaire haut de gamme Marks & Spencer investit fortement dans sa gamme économique Remarksable en baissant les prix de produits essentiels du quotidien tels que le lait, les pâtes, le pain et les bananes.

Pour être éligibles à la gamme Remarksable, les prix des produits sont comparés à ceux des principaux concurrents de l’enseigne et doivent répondre aux critères de qualité de M&S. L’enseigne a également lancé une offre de restauration familiale sur place avec des menus inspirés des cuisines du monde et changés régulièrement. Enfin, M&S a lancé une gamme baptisée Bigger Pack Better Value (« un plus gros pack pour plus d’économies ») offrant en moyenne 10 % d’économies sur des produits frais essentiels et les produits secs les plus populaires.

Dans les magasins 

Zooroyal, la marque d’aliments et de soins pour animaux en ligne de Rewe, vient d’ouvrir son premier magasin physique en Allemagne. Ce point de vente offre une gamme de plus de 12 000 références avec notamment un rayon aquatique et sous-marin, un système d’échange d’animaux numérique intégré et des services tels qu’un poste de lavage et un styliste pour chiens et une pharmacie vétérinaire.

Morrisons lance une gamme de viandes fraîches découpées d’origine britannique sous sa marque propre The Best Gourmet Collection, qui promet aux consommateurs une expérience de grand restaurant à domicile et à prix abordable.

Covirán introduit des caddies intelligents dans ses supermarchés permettant aux clients de faire leurs courses sans passer par des caisses traditionnelles. Un dispositif intégré au caddie scanne, pèse et détecte tous les produits avant de les ajouter automatiquement au compte du client.

La chaîne de drugstores dm vient d’ouvrir son premier magasin en Pologne, le 14e pays d’implantation européen pour le distributeur. Rossmann, le principal concurrent de l’enseigne en Allemagne, est également présent dans ce pays.

Co-op cesse d’indiquer les dates de péremption sur ses produits sous marque propre, incitant les acheteurs à estimer eux-mêmes si le produit est propre à la consommation ou non.

Casino lance un code couleur de saisonnalité pour ses fruits et légumes afin d’aider les clients à déterminer si les produits sont en haute saison, hors saison, au début ou en fin de saison.

Spar et Thuisbezorgd.nl mettent en œuvre un projet pilote de livraison alimentaire express en complément de produits de restauration tels que des sandwiches ou des boissons. Les clients bénéficieront d’une offre de plus de 1 000 références comprenant du pain, du lait et d’autres ingrédients frais, auxquels viendront s’ajouter des accessoires de toilette et d’autres produits essentiels.

Lidl s’associe à des influenceurs pour offrir un aperçu de ce qui se passe dans ses coulisses. Les blogueurs assisteront aux processus de fabrication, de recyclage, de gestion de la qualité ainsi qu’aux opérations en magasin avant de confier leurs impressions sur les médias sociaux.

Carrefour Bio est le premier distributeur français à intégrer la technologie blockchain à ses produits MDD bios. Les clients scanneront un code QR sur l’étiquette pour afficher le cycle de vie complet du produit.

Edeka ajoute la marque propre Naturkind à sa gamme. Naturkind comprend 60 articles issus de l’agriculture 100 % biologique qui viendront s’ajouter aux gammes des magasins Edeka et Netto. La gamme comprend des fruits et légumes, des surgelés, du pain et des produits cosmétiques naturels.

Lidl ajoute définitivement sa gamme de produits cosmétiques MDD Cien Bio à son offre. Jusqu’à présent, cette gamme n’était proposée que sur une base saisonnière. Les emballages des produits sont 100 % recyclables et composés à 96 % d’ingrédients vegans.

Selex compte développer son offre MDD de 5 % d’ici la fin de l’année. Le deuxième distributeur d’Italie compte aussi effectuer des études, des comparaisons et des essais sur son offre de produits sous marque propre. Les produits de base, spécialisés et haut de gamme seront soumis aux consommateurs pour qu’ils effectuent des essais et des évaluations exhaustifs.

En Espagne, Carrefour lance une édition exclusive du jeu Monopoly. Cette édition aura pour thème l’alimentation avec 28 cartes comportant des produits ou des mesures encourageant une alimentation saine et des habitudes durables.

Aldi recrute ses nouveaux fournisseurs britanniques sur une nouvelle émission de téléréalité sur la chaîne Channel 4. Cette émission en six parties d’une heure baptisée « Grow with Aldi » désignera à chaque épisode un gagnant avec à la clé un contrat de fourniture pour les 950 magasins de l’enseigne au Royaume-Uni.

Études de marché 
État des lieux de la distribution en 2022

McKinsey et EuroCommerce ont publié un état des lieux de la distribution alimentaire en 2022. Ce rapport s’appuie sur des entretiens effectués auprès de 60 PDG d’enseignes alimentaires européennes et sur une enquête portant sur plus de 12 000 consommateurs dans neuf pays européens.

On y apprend qu’à court terme, outre le bien-être de leurs employés, les PDG sont essentiellement préoccupés par l’impact de l’invasion de l’Ukraine, l’inflation et les coûts de l’énergie, ce qui augmente la pression sur les prix et sur l’efficacité opérationnelle.

Le rapport prévient que la pression sur les marges des distributeurs alimentaires va s’accroître avec la nécessité de satisfaire la demande des consommateurs, de maîtriser l’augmentation des prix et de s’adapter à la complexité grandissante des différents canaux.

McKinsey abordera les évolutions de la demande en matière d’attributs de produits et de modes d’achat durant les séminaires préliminaires de la PLMA le lundi 30 mai, avec des analyses et des perspectives sur l’évolution probable du marché alimentaire européen à partir de 2022.

Innovation alimentaire : priorité au plaisir, à la santé et à l’éthique

Le cabinet de conseil ProtéinesXTC a analysé les produits innovants lancés dans le monde en 2021. Selon cette étude, le premier axe de l’innovation alimentaire reste le plaisir : en 2021, 47,8 % des innovations identifiées à l’échelle mondiale (soit quasiment une sur deux) s’appuient sur ce concept.

La santé arrive en deuxième position avec plus de 30 % des innovations alimentaires. Le troisième axe majeur est l’éthique, qui est en constante augmentation depuis 5 ans et représente désormais 7,9 % des innovations mondiales, son plus gros marché étant l’Europe avec près d’une innovation sur dix concernée.

Nouvelles PLMA 
Annonce du programme de séminaires préliminaires

Le salon international « Le Monde de la Marque de Distributeur » de la PLMA, qui se tiendra le 31 mai et le 1er juin au centre des Expositions RAI d'Amsterdam, sera précédé d’un programme de séminaires spéciaux le lundi 30 mai, de 14 h à 16 h à la salle de forum du RAI.

Nielsen analysera les dernières données sur les parts de marché et les tendances des MDD par pays. McKinsey présentera son nouveau rapport, « Les produits alimentaires en Europe : comment naviguer sur un marché houleux », qui offre les analyses et perspectives sur l’évolution probable du marché alimentaire européen à partir de 2022. Les lauréats des Salute to Excellence Awards seront annoncés, suivis d’une présentation des conclusions de la dernière enquête consommateurs de la PLMA, « Les habitudes d’achat des Européens vont-elles changer ? Une analyse du comportement d’achat des consommateurs après la pandémie. »

Évènements 
31 mai et 1er juin

Salon international « Le Monde de la Marque de Distributeur » de la PLMA
Amsterdam

26-27 octobre

Programme de formation de la PLMA pour les cadres